Cas vécus        

 

 

 

Dominique Deschamps

 

Dominique a eu ses premiers symptômes de SP à l’âge de 21 ans lorsqu’elle a eu une névrite optique. Depuis, elle va mieux et s’implique dans plusieurs défis d’aventure au profit de la Société canadienne de la SP.

As-tu des symptômes?
Après la névrite optique, j’ai eu des symptômes à au moins trois autres reprises, surtout des engourdissements au niveau des bras et des mains. En 2001, à la suite d’un accident de voiture, j'ai eu une poussée qui a duré plus de quatre mois. J'avais des engourdissements majeurs, surtout du côté droit. J'arrivais tout de même à marcher, mais pas à écrire, et j’avais beaucoup de fatigue. La vie m'a donné une deuxième chance, et tout est redevenu normal. Depuis cette dernière poussée et grâce à la prise de médicaments, tout va bien pour moi.

Quelles sont les différentes activités de collecte de fonds auxquelles tu as participé pour la SP à ce jour?
J’ai commencé mes collectes de fonds avec le premier des défis d’aventure de la Société de la SP, soit le Défi Kilimandjaro SP. Voyant que de cette façon je pouvais faire ma part pour la recherche avec les sous amassés, j’ai décidé de continuer avec le Défi Sahara SP et le Défi Acotango SP. Je me prépare présentement pour le Défi Camp de base de l’Everest. J’ai aussi participé à un Vélotour SP avec ma famille.

 


Combien d’argent as-tu recueilli au fil des ans?
Près de 50 000 $ à ce jour.

Comment fais-tu pour recueillir tous ces fonds?
Une collecte de fonds de cette ampleur n’est pas toujours facile à mener. J’ai dû approcher beaucoup de monde. J’ai sollicité des dons personnels auprès de mes employeurs, de ma famille et de mes amis pour commencer. J’ai ensuite collecté des fonds dans des commerces, grâce à la production et à la vente de sucre à la crème, à des dîners hot-dog, à des soupers spaghetti, à la vente de sacs bio et de billets de tirage pour un cellier, etc.

Qu’est-ce qui est le plus difficile pour toi : recueillir des fonds ou réaliser le défi physique? Pourquoi?
Bonne question! Au premier défi, soit le Kilimandjaro, j’aurais dit le défi physique. Je suis partie de tellement loin, et ma première collecte de fonds s’est relativement bien passée. Mais plus je m'impliquais dans les défis, plus les collectes devenaient exigeantes. J'avoue cependant que pour le prochain défi, les deux sont plus ardus.

 



Comment te prépares-tu pour ton prochain défi vers le camp de base de l’Everest?
J’essaie de faire le plus d’exercice possible. Bien que je marche vraiment beaucoup au travail, je me fais un devoir d’embarquer sur mon appareil elliptique le plus souvent possible. J’ai aussi un programme d’entraînement que ma cousine, Chantale Cyr, qui est entraîneuse privée, m'a concocté spécialement pour un défi de ce genre. Mais pour la montagne, la meilleure préparation est encore et toujours de « faire de la montagne », ce que j’essaie de faire le plus souvent possible, souvent avec mon amie et comparse des défis Kilimandjaro et Sahara, Josée Blanchet.


Qu’est-ce qui te motive à relever tous ces défis?
La vie m’a donné une seconde chance, alors tant que j’en aurai la capacité, je veux en faire le plus possible pour empêcher cette maladie de faire vivre plein d’épreuves aux personnes qui en sont atteintes et à leur famille.

Que pense ta famille de tout ce que tu réalises? Est-ce que tes proches ont déjà participé à des activités pour la SP avec toi?
Mon conjoint et mes enfants ont participé au Vélotour SP avec moi. Ils sont derrière moi à 100 %. Sans leur soutien et leur implication à mes collectes de fonds, je ne sais même pas si je serais venue à bout du tout premier défi d'aventure. De plus, ma fille Megyan envisage de peut-être faire le prochain défi d’aventure avec moi, soit le Défi Machu Picchu SP.

 



Tu as déjà relevé plusieurs défis, mais quel est ton plus grand rêve?
Mon plus grand rêve est probablement de relever le plus gros défi de la Société de la SP, soit aider par mon implication à stopper la progression de la sclérose en plaques ou peut-être mieux encore, à trouver un remède.

Plan du site
© Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) 2015