Cas vécus        

 

Poème

Le jour où mon père est tombé malade,
J’ai commencé à détester, à haïr la vie.
Je me suis dit : « Pourquoi pas un autre, pourquoi lui? »
À ce moment, je savais que la vie ne serait pas une jolie promenade.

Pendant ces jours et ces nuits, je n’avais pas d’ami,
C’était toujours la faute des autres et non la mienne,
Car dans ce temps, je ne vivais pas de peine.
Hé oui, tout ça n’était dû qu’à une maladie.

Ma vie, à quoi elle sert? Qu’est-ce qu’elle m’amène?
Mon dernier moment de bonheur était aussi loin que Paris,
Mais je me suis dit qu’il fallait que j’oublie,
Alors, j’ai mis de côté mes peines qui me causaient tant de migraines.

Je me suis décidé à prendre ce qui était pour moi un mirage, le courage.
À ce jour, j’ai appris à aimer la vie comme autrefois.
Mon père est peut-être malade, mais il est toujours là pour moi.
Hé oui, c’est ce que je suis depuis que j’ai tourné la page.

Gabriel, 14 an

Plan du site
© Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) 2017