Cas vécus

       

Martine et Biscuit

J'ai eu l'immense plaisir au début du mois d'août d'aller rencontrer les jeunes qui participaient au Camp de vacances SP. Étant moi-même atteinte de SP, et mon fils ayant eu la chance de participer à ce camp il y a quelques années, j'ai voulu redonner au suivant. Ce camp a vraiment permis à mon fils de comprendre et de démystifier la maladie.

 



Je ne suis pas allée seule au camp : j'ai une merveilleuse amie à quatre pattes qui m'accompagne partout. Il s’agit de ma chienne d'assistance MIRA, Biscuit. Je suis arrivée devant les jeunes dans mon fauteuil roulant, tirée par Biscuit. Ma chienne, avec son harnais spécial, peut tirer mon fauteuil, ce qui facilite les journées difficiles ou les sorties avec de longs déplacements. Étant donné que je ne suis pas toujours en fauteuil, Biscuit a un deuxième harnais, comme une grande poignée rigide sur son dos. Je me sers de cette poignée un peu comme une canne pour marcher.

Mes mains sont plus engourdies et maladroites à cause de la sclérose en plaques, donc il m’arrive d’échapper plein de choses par terre. Devinez qui ramasse clés, crayons, portefeuille et carte de guichet… Biscuit, bien sûr!

 



Biscuit est également bien plus qu'une chienne qui m'aide à marcher, à rouler et à ramasser des choses. Elle a brisé l'isolement dans lequel je me trouvais de plus en plus, en me faisant sortir pour qu’elle puisse faire ses exercices et ses marches et socialiser.

C'est un peu tout ça, un chien d’assistance MIRA. Si vous croisez quelqu'un avec un tel chien, soyez gentil : vous savez qu'il travaille fort, et ce n'est pas une bonne idée de le déranger, car cela pourrait déséquilibrer la personne qui marche, par exemple. Mais se faire dire un petit bonjour, ça, c'est toujours agréable!

 




Plan du site
© Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) 2015