Cas vécus        

Témoignage de Fanny

L’annonce du diagnostic? Je ne m’en souviens pas. Peut-être est-ce dû au fait que j’avais 8 ans, il y a donc 6 ans et demi de cela. Ou alors parce que la mémoire humaine est sélective. De toute façon, quelle que soit la raison pour laquelle je ne
m’en souviens pas, je n’ai aucun souvenir de comment, quand, et où cela m’a été annoncé.

Ce dont je me souviens, par contre, c’est l’attente du diagnostic. Nous savions que quelque chose se passait, et que maman était atteinte par quelque chose… restait
à savoir quoi. On lui a donc annoncé qu’elle avait soit un cancer, soit une autre maladie neurologique (dont je ne me souviens plus), soit la sclérose en plaques.


Durant les semaines d’expectative du diagnostic final, maman a perdu 7 kilos et nous étions, je pense, tous stressés. Je ne me souviens pas qu’elle nous ait mis au courant de ces trois possibilités, mais nous ressentions néanmoins l’angoisse dans
laquelle elle était.

Finalement, elle avait la sclérose en plaques. Soyons positifs, c’était la« meilleure » des trois suppositions de la semaine précédente! Il me semble que par après, rien de fondamental n’a changé dans notre vie. Maman prend des bains très souvent, parce que ça la repose. Elle fait des siestes plusieurs fois par semaine et va chez le physio. Il me semble que ce sont les choses qui ont changé. Je crois que ces choses sont bien mineures par rapport aux symptômes qui pourraientêtre apparus, ou par rapport aux poussées qui pourraient survenir. Pour le moment, elle se porte bien, alors je me dis « Pourvu que ça dure! »

Tout cela n’a pas changé grand-chose dans nos habitudes de vie ou dans nos pensées… Disons plutôt que nous nous sommes adaptés, tout en restant les mêmes!

Je n’ai pas peur de l’avenir, même s’il est peut-être incertain. L’avenir sera ce qu’il sera, c’est un fait, mais il n’en sera pas moins bien!

Plan du site
© Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) 2007