Mieux vivre avec la SP       

Comment gérer la peine

Il arrive à tout le monde d’avoir de la peine. C’est assurément une sensation désagréable qui n’est pas toujours facile à identifier. Elle peut être ressentie comme un malaise ou comme l’impression de ne pas être dans son assiette.

La peine est souvent un signe que quelque chose nous tracasse. Elle nous signale un besoin de parler, d’être écouté, de changer des choses, de régler un problème ou un malentendu ou d’apporter des changements à une situation qui ne nous convient pas. Elle nous donne la motivation nécessaire pour agir face à une situation difficile. Il est important de reconnaître cette émotion pour y remédier. Il est normal de ressentir de la tristesse à l’occasion, mais il faut se poser des questions quand cela perdure. C’est en reconnaissant et en acceptant que quelque chose nous fait de la peine que l’on peut arriver à surmonter ce sentiment.

Il n’y a pas de solution à toutes les situations, mais en parler peut t’aider à diminuer le poids du chagrin et à voir les choses autrement. Tu peux, par exemple, avoir de la peine parce que ton parent a une poussée de SP, ou encore parce qu’il est trop fatigué pour faire une activité qui était prévue. En parler à une personne de confiance te permettra de te libérer. Si tu n’arrives pas à te débarrasser de ta tristesse après quelques jours, tu dois en parler à un professeur, à un de tes parents ou au psychologue de l’école. Tu peux aussi appeler Jeunesse, J'écoute au 1-800-668-6868 (www.jeunessejecoute.ca). Il n’y a pas de remède miracle pour la tristesse, mais la dernière chose à faire est de la garder secrète. C’est comme si ça lui donnait de la force!

Il est également important d’essayer d’apprivoiser son chagrin en se changeant les idées. On fait des activités qu’on aime, on s’entoure d’amis qui nous acceptent avec notre humeur du moment. On recherche des complices qui nous comprennent d’un coup d’œil et qui nous font du bien.

Plan de match pour combattre la peine :

  • Identifier l’émotion : Comment est-ce que je me sens?

  • Trouver la cause : Pourquoi ai-je du chagrin? Pourquoi suis-je triste?

  • Apporter des changements, si possible : Puis-je y changer quelque chose? Puis-je essayer de régler le problème?

  • En parler : Puis-je en parler à quelqu’un? À qui?

  • Faire diversion : Comment me changer les idées?

On a tous le droit d’avoir de la peine parfois et d’en parler. Il n’y a pas d’émotion interdite. Ce n’est pas une faiblesse de pleurer et on ne doit pas avoir honte de ce que l’on ressent.

Plan du site
© Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) 2008