Mieux vivre avec la SP       

 

La culpabilité               

 

Se sentir coupable, c’est se sentir insatisfait de soi, comme si tu n’étais pas fier de ton comportement. C’est aussi croire que tu es responsable d’une situation regrettable qui, selon toi, a causé du tort à quelqu’un. Cette situation est plutôt désagréable à vivre. Elle cause un malaise, de l’inconfort, de la peine et parfois de la honte. Mais la plupart du temps, il est injustifié de ressentir de la culpabilité.

La culpabilité, c’est comme un signal d’alarme qui devrait t’inciter à te poser des questions. Par exemple, dans certaines situations, elle peut t’aider à t’améliorer. T’arrive-t-il quelquefois de ne pas respecter ta parole, d’oublier de ranger ta chambre, de sortir les ordures ou de ne pas terminer tes devoirs avant d’aller jouer avec tes copains comme tu l’avais promis? Si dans ces situations tu ressens un malaise, que tu te sens fautif, il est normal de te sentir inconfortable et de ressentir de la culpabilité. Tu pourrais alors simplement t’excuser et t’engager à faire mieux la prochaine fois ou à respecter tes engagements futurs.

Dans d’autres situations, la culpabilité n’est pas justifiée et peut cette fois te jouer de vilains tours. Par exemple, dans la vie de tous les jours, vivre avec la SP soulève toutes sortes d’émotions et apporte son lot de contrariétés à toi et à ta famille. Avec la SP, il y a des bonnes journées et des moins bonnes. Tu ne comprends peut-être pas toutes les manifestations et les symptômes de la SP. Certains te frustrent et te causent des désagréments, comme lorsque des sorties ou des activités sont annulées à cause de la fatigue de ton parent. Tu lui en veux à cette SP d’être un trouble-fête. Tu es en colère. Tu voudrais faire disparaître la SP, et peut-être es-tu même en colère contre ton parent. Si par la suite ces sentiments de colère et de frustration causent de la culpabilité chez toi, il faut que tu saches que ce ne sont que des réactions normales. Ton parent aimerait sûrement lui aussi être capable de faire disparaître la SP, et peut-être qu’il vit, lui aussi, de la colère et de la frustration.

N’hésite pas à parler avec tes parents de ton malaise, de ce que tu ressens. Échanger ainsi te permettra d’établir une bonne communication avec eux. Sois assuré que personne n’est responsable de la SP, ni toi ni ton parent, vraiment personne.


Plan du site
© Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) 2012