Mieux vivre avec la SP       

Déprime ou dépression?

       

On peut quelquefois se sentir déprimé. On est triste, en mauvaise forme, on ne sait pas quoi faire pour occuper sa journée. La déprime est passagère; le fait de se changer les idées ou une bonne nuit de sommeil réussit normalement à la chasser.  

La dépression, c’est tout autre chose; c’est une maladie que l’on doit soigner. Elle cause à la fois des symptômes psychologiques et physiques qui vont perdurer. Les principaux signes sont : grande tristesse, désespoir, troubles de la mémoire et de la concentration, idées négatives, épuisement, difficulté à dormir et perte ou augmentation de l’appétit.

Les causes de la dépression sont encore mal connues. On retrouve, comme pour la SP, une prédisposition génétique à la dépression, c’est-à-dire qu’il y en a plus dans certaines familles. Des facteurs peuvent aussi jouer un rôle dans son apparition : la perte d’un être cher, le stress, la maladie, etc. Il peut arriver qu’une personne ayant la SP se sente dépressive à un moment de sa vie. Ce n’est évidemment pas le cas pour tout le monde.

Mais qu’est-ce qui cause la dépression dans la SP? Il faut apprendre à vivre avec la maladie et son imprévisibilité. Certains ressentiront de l’incertitude et de la colère. Quand on est en rémission, il est facile de se laisser porter par l’illusion que les symptômes sont partis pour toujours. Quand les symptômes reviennent, ils apportent la déception.

Les personnes qui vivent avec le symptôme de la fatigue devront composer avec elle, ce qui n’est pas toujours facile. On croit aussi que certaines lésions au niveau du cerveau peuvent être à l’origine de la dépression. Certains médicaments utilisés pour traiter la sclérose en plaques et ses symptômes peuvent également avoir un effet dépresseur. Il faut donc être vigilant. Dès que des signes de dépression apparaissent, une consultation médicale s’impose.

La dépression fait peur… mais on peut la traiter grâce à
la médication et à un support psychologique. La plupart des personnes qui ont la SP vont finalement bien s’y adapter et auront une vie satisfaisante. Celles qui le vivent plus difficilement peuvent avoir recours à un psychologue qui les supportera. Demander de l’aide n’est jamais un signe de faiblesse.


Animations Flash : Patrick Dea, illustration et animation - http://www.illustrationd.com

 

 

Plan du site
© Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) 2007