Espace info        

Le métier de zoothérapeute

 

L’animal et l’humain… un lien de confiance, de complicité et d’amour. L’animal est simple et sans attente et il procure la joie de vivre. C’est ce qui explique pourquoi la nouvelle profession de zoothérapeute gagne en popularité d’année en année.


Il y a deux types d’activités de zoothérapie : la thérapie assistée par l’animal (TAA) et les activités assistées par l’animal (AAA). Dans la TAA, on fait jouer à l’animal le rôle
d'intermédiaire entre l'intervenant et le client. Il peut ainsi faciliter la communication.


Dans les AAA, on se sert de l’animal pour motiver la clientèle à participer à des loisirs et ainsi améliorer sa qualité de vie. Ce type d’activité permet entre autres aux personnes qui sont en hébergement de reprendre contact avec les animaux familiers qu'ils ont souvent dû abandonner lors de leur entrée en institution.


Le zoothérapeute peut travailler dans les hôpitaux qui ont un module de zoothérapie, dans les maisons d'hébergement et de repos, les CHSLD, etc. Il peut faire des suivis individuels ou de groupe.


La clientèle est variée : personnes ayant une maladie telle que l'autisme, l’Alzheimer, l’hyperactivité, personnes âgées ou ayant une déficience intellectuelle, détenus, etc.


Le zoothérapeute choisit l’animal qui convient le mieux à la problématique de son client : chat, oiseau, chien, cheval, reptile, etc. La présence d'un ami à poils, à plumes ou à écailles peut aider à faire oublier pour un instant les douleurs, les craintes, les souffrances, etc. L'animal aime sans condition et ne porte aucun jugement, ce qui aide les gens à se sentir en confiance.


Il n’est pas nécessaire d’avoir un animal pour être zoothérapeute, même que certains préfèrent travailler avec d'autres animaux que les leurs. Pendant la formation, l'étudiant peut emprunter un chien dans son entourage pour faire les exercices pratiques.


Les qualités requises pour pratiquer ce métier sont d’avoir une capacité d’écoute, être actif, organisé et sensible aux autres. Il faut aussi être capable d’être autoritaire face
à l'animal.


L’Institut de technologie agroalimentaire, en partenariat avec le Campus de La Pocatière, offre le programme Stratégies d'intervention en zoothérapie qui mène à l’obtention d’une
AEC (attestation d'études collégiales). Dans ce cours, on apprend à la fois les techniques d’intervention et comment éduquer et prendre soin d’un animal.

Plan du site
© Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) 2007