Espace info        

Le métier de physiothérapeute

Le physiothérapeute est un spécialiste du mouvement et des fonctions et il a comme objectif de maximiser l’autonomie. Cela veut dire qu’il peut aider une personne ayant la SP à améliorer ou maintenir certaines fonctions à l’aide de programmes d’exercices. Il va aussi intervenir dans la prévention et le traitement de la douleur

(par exemple, les maux de dos). Il s’occupe également de faire connaître l’activité physique et ses bienfaits à toute la population.

Les physiothérapeutes traitent des personnes de tout âge (bébés, enfants, adultes, personnes âgées) qui ont été victimes d’accidents, qui sont atteintes de maladies ou qui ont un handicap. On les retrouve dans différents milieux : CLSC, centres de conditionnement physique, hôpitaux, résidences personnelles (soins à domicile), cliniques de physiothérapie, centres de réadaptation, établissements de recherche, résidences pour aînés, cliniques de médecine sportive, etc.

Le physiothérapeute doit évaluer la condition du patient, identifier le problème et planifier le traitement. Le cœur de son travail est de mesurer l’impact des blessures et des maladies sur le corps. Il évalue les capacités de la personne pour trouver les raisons de ses difficultés et les traiter. Il doit aussi enseigner les façons de faire les exercices au patient et à sa famille. La communication est donc très importante dans ce travail.

Voici quelques exemples de ses tâches : assouplir les articulations, détendre les muscles crispés, améliorer la respiration par la gymnastique respiratoire, établir un programme d’exercices pour la marche, donner des conseils sur les aides à la marche et sur leur ajustement et enseigner à se déplacer en toute sécurité.

Pour pratiquer la physiothérapie, il faut obtenir un diplôme (baccalauréat) dans l’une des trois universités qui offrent le programme au Québec. Il faut également être membre de l’Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec. Les qualités requises pour cette profession sont la persévérance, une

bonne dextérité manuelle et un bon sens de l’observation et de l’analyse. Il faut également aimer le travail physique et intellectuel et le contact avec les gens.

Plan du site
© Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) 2007