Espace Info        

 

Le métier de travailleur social (T. S.)

Le rôle du travailleur social est d’aider les personnes à traverser des périodes difficiles et à fonctionner le mieux possible avec leur entourage. Il peut donc accompagner les personnes ayant la SP dans leur processus d’adaptation à la maladie.

On peut le qualifier de thérapeute, de consultant ou de personne-ressource. Le T. S. aide les personnes qui ne peuvent résoudre seules des difficultés d'ordre personnel, familial ou autres. Il peut aussi soutenir des petits groupes de personnes aux prises avec des problèmes similaires et qui désirent s'entraider.

En premier lieu, il aide à clarifier les besoins et les objectifs de la personne qui le consulte. Il tente ensuite d’identifier la source des problèmes et de trouver des solutions adéquates. Il connaît bien les ressources de la communauté et peut ainsi orienter ses clients vers l'organisme le plus approprié.
Voici quelques raisons de consulter ce professionnel de la santé :

- Une personne ayant reçu un diagnostic de SP est en état de choc et a besoin de parler à quelqu’un.

- Une personne a des difficultés à expliquer les symptômes de la SP à son(sa) conjoint(e), ses enfants, ses amis, etc.

- Un jeune a des difficultés à l'école et gère mal son stress lorsqu’il a des examens.

Le T. S. fait souvent partie d’une équipe multidisciplinaire. Il peut, par exemple, travailler auprès de la clientèle des personnes ayant la SP en équipe avec un neurologue et une infirmière.

On le retrouve dans divers milieux : hôpitaux, CLSC, commissions scolaires, services de protection de l'enfance, prisons, organismes communautaires, programmes d'aide aux employés, etc.

Pour pratiquer, les T. S. doivent détenir un baccalauréat en Travail social ainsi qu’un permis de l’Ordre professionnel des travailleurs sociaux du Québec. Ils peuvent se spécialiser dans des champs de pratique comme la protection de l'enfance, les services à la famille, les services correctionnels (prisons), la gérontologie (personnes âgées) ou l'alcoolisme et la toxicomanie.

 

 

Plan du site
© Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) 2007