Tout sur la SP        

 

50 faits sur la sclérose en plaques

1 – La sclérose en plaques est une maladie du système nerveux central (cerveau et moelle épinière).

2 – On croit que la SP est une maladie auto-immune qui amène le système immunitaire à s’attaquer à la myéline.

3 – Il y aurait 100 000 Canadiens atteints de SP.

4 – Au Québec, ce sont près de 20 000 personnes qui sont atteintes de sclérose en plaques.

5 – La SP n’est pas une maladie héréditaire.

6 – Les femmes sont quatre fois plus susceptibles d’être atteintes de SP que les hommes.

7 – Les personnes originaires du nord de l’Europe sont davantage prédisposées à la sclérose en plaques.

8 – Les neurologues diagnostiquent de plus en plus rapidement la SP.

9 – L’étude des antécédents médicaux et l’examen neurologique sont à la base du diagnostic de la SP.

10 – Pour poser un diagnostic de SP, le neurologue peut aussi utiliser l’imagerie par résonance magnétique (IRM).
11 – C’est avec l’IRM que l’on peut voir les lésions dans le cerveau et la moelle épinière.

12 – L’IRM est apparue dans les services de radiologie du Québec dans les années 1980.

13 – Au moment du diagnostic, on ne peut prévoir ni la gravité de la SP, ni son évolution, ni les symptômes qui apparaîtront.

14 – Les symptômes de la sclérose en plaques sont variables d’une personne à l’autre et parfois même chez une même personne, d’une journée à l’autre.

15 – Les symptômes qui se manifestent varient selon l’endroit où sont situées les lésions dans le système nerveux central.

16 – Il existe de nombreuses méthodes de traitement des symptômes de la SP (médicaments, physiothérapie, exercice, etc.).

17 – La fatigue est observée chez 90 % des personnes qui ont la SP.

18 – Environ 50 % des personnes atteintes de SP ressentent de la douleur, à un moment ou à un autre.

19 – L’engourdissement est le principal trouble de la sensibilité associé à la SP.

20 – La SP n’est pas une maladie musculaire, mais elle peut toucher des circuits nerveux qui contrôlent les muscles. Ceux-ci peuvent donc fonctionner moins bien parce que les messages du cerveau (influx nerveux) se rendent plus lentement ou ne se rendent pas du tout à destination.

21 – Il y a trois principales formes de SP : cyclique, progressive primaire et progressive secondaire.

22 – La forme cyclique de la sclérose en plaques est la plus fréquente en début de maladie puisque 85 % des personnes qui reçoivent un diagnostic de SP présenteront d’abord cette forme.

23 – La forme cyclique se caractérise par des poussées et des rémissions, c’est-à-dire par des périodes où les symptômes sont plus présents, suivies de périodes où les symptômes diminuent.
24 – Une poussée se caractérise par l’apparition de nouveaux symptômes ou l’aggravation de symptômes déjà présents dont la durée minimale varie de 24 à 48 heures.

25 – La chaleur peut parfois accentuer les symptômes de la SP. Il s’agit alors d’une pseudo-poussée plutôt que d’une poussée, puisque les choses s’amélioreront lorsque la température du corps diminuera.

26 – Le syndrome clinique isolé (SCI) est un épisode semblable à une poussée de SP qui peut mener ou non à un diagnostic de SP.


27 – La durée moyenne d’une poussée est de huit semaines, mais elle peut être plus courte ou plus longue. Dès que les symptômes s’atténuent, on entre dans une phase de rémission.

28 – On ne peut prévoir le moment, l’intensité ni la durée d’une poussée, pas plus que les symptômes qui l’accompagneront, puisque ceux-ci peuvent varier d’une poussée à l’autre.

29 – La SP n’est pas une maladie mortelle. Dans de rares cas, il arrive toutefois que des personnes qui ont la SP décèdent de complications. La plupart des personnes atteintes de SP ont une espérance de vie normale ou presque, et ce, grâce à l’amélioration de la prise en charge des symptômes de la SP et des autres traitements prescrits contre cette maladie.

30 – Des études ont démontré qu’il importe beaucoup de faire de l’activité physique, selon ses capacités, lorsqu’on a la SP.

31 – Même si les chercheurs comprennent de mieux en mieux la maladie, on ne peut toujours pas prédire qui aura la SP.

32 – Il y a 10 traitements pour ralentir la forme cyclique de la SP.

33 – Les chercheurs en apprennent chaque jour davantage sur les causes de la SP et sont plus près que jamais de trouver des moyens de contrer cette maladie.

34 – Le Canada demeure un chef de file mondial de la recherche sur la SP.

35 – Grâce à l’immense générosité des donateurs, la Société canadienne de la SP a affecté plus de 140 millions de dollars à la recherche depuis sa fondation en 1948.

36 – La Société canadienne de la SP subventionne des travaux de recherche portant sur de nombreux aspects de la maladie : progression et traitement, cause et facteurs de risque, dégénérescence et régénération des neurones, prise en charge des symptômes et qualité de vie.

37 – On compte 18 cliniques de SP au Québec.

38 – La première clinique de SP du Canada a été fondée en 1954 à l’Institut neurologique de Montréal.

39 – La Société canadienne de la SP a été fondée en 1948 par madame Evelyn Opal, une Montréalaise atteinte de SP.

40 – Afin de financer la recherche et les services offerts aux personnes touchées par la SP, la Société de la SP organise diverses activités de collecte de fonds.

41 – La Marche de l’espoir a célébré son 20e anniversaire cette année.

42 – Le Vélotour SP, soit un parcours à vélo permettant d’amasser des fonds, a célébré son 25e anniversaire en 2014.

43 – Les restaurants A&W sont des partenaires de la Société de la SP. Chaque année, pour chaque Teen Burger™ vendu au cours d’une journée en août, 1 $ est remis à la Société de la SP au profit des personnes touchées par la sclérose en plaques.
44 – Totale Bouette est un nouvel événement qui a vu le jour en 2013. Il s’agit d’une épreuve à obstacles de 5 kilomètres durant laquelle les participants courent dans la boue.

45 – Mai est le Mois de la sensibilisation à la SP.

46 – Au Québec, la Société de la SP compte 19 sections locales qui offrent des services aux personnes atteintes de SP et à leurs proches.

47 – La Société de la SP fait campagne auprès du gouvernement pour qu’il prenne des décisions qui favoriseront une meilleure qualité de vie pour les personnes touchées par la SP.

48 – Le congrès Espoir famille est un événement qui permet aux personnes atteintes de SP et à leurs proches de se rencontrer, d’échanger et de s’entraider dans le but de mieux composer avec la SP.

49 – Des camps de vacances sont offerts gratuitement aux jeunes dont un parent a la SP.

50 – La mission de la Société de la SP : être un chef de file dans la recherche sur le remède de la sclérose en plaques et permettre aux personnes aux prises avec cette maladie d’améliorer leur qualité de vie. Pour accomplir notre mission, nous devons aussi informer et soutenir les jeunes dont un parent a la SP.

Plan du site
© Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) 2015