Tout sur la SP        

 

Congrès scientifiques sur la recherche en SP

En 2013, j’ai participé à deux congrès scientifiques sur la recherche dans le domaine de la SP. J’étais l’envoyée spéciale de la Société de la SP et j’avais comme mission de publier des articles sur un blogue pour donner de l’information sur la recherche en SP aux personnes qui veulent en savoir plus à ce sujet.

Le congrès de l’ECTRIMS : un événement passionnant!

Le premier événement auquel j’ai participé était le congrès de l’ECTRIMS, le plus gros événement scientifique sur la SP du monde! Du 2 au 5 octobre 2013, ce sont plus de 7 500 participants qui se sont rendus à Copenhague, au Danemark.
Le voyage en avion à partir de Montréal a duré un peu plus de 10 heures, et j’ai dû m’habituer rapidement au décalage horaire (différence de 5 heures).

Un de mes objectifs était de permettre aux lecteurs du blogue de voir à quel point il s’agissait d’un événement important.
Ce congrès se tient chaque année dans un pays différent et il attire des spécialistes du domaine de la SP des quatre coins de la planète. Cette année, le programme comprenait plus de 1 000 présentations sur les résultats de nouvelles études, sélectionnées parmi les quelque 1 500 présentations soumises. Il ne me restait qu’à choisir les sujets que je croyais les plus intéressants pour les lecteurs. Je ne pouvais évidemment pas passer à côté de certains thèmes incontournables tels que les formes progressives de la SP, les nouveaux traitements et l’inflammation.

J'ai assisté à une grande conférence sur l'inflammation dont une partie très intéressante a été donnée par le Dr Amit Bar-Or, neuro-immunologiste à l'Institut et Hôpital neurologiques de Montréal. L'inflammation est une réaction du corps en réponse à une agression contre celui-ci (comme une infection, une coupure, etc.). À la suite d’une blessure, tu pourrais remarquer par exemple que ta peau devient rouge et chaude et que tu as de la douleur.

Ces symptômes sont causés par une réaction inflammatoire. Dans le cas de la sclérose en plaques, l’inflammation est à l’intérieur du corps et elle est causée par l’organisme lui-même et non par une blessure. Les chercheurs se demandent si l'inflammation est la cause des lésions dans le système nerveux central ou si ce sont plutôt les lésions qui arrivent en premier, suivies de l'inflammation. Ils essaient de comprendre le lien entre l’inflammation et la SP.

Sur place, j’ai fait des entrevues avec plusieurs chercheurs canadiens et québécois et j’ai assisté à de grandes conférences. J’ai été bien surprise d’apercevoir la reine du Danemark, Margrethe II, qui est venue dire un mot de bienvenue à tous les participants.


Le Congrès stopSP de passage au Québec

Du 11 au 13 décembre dernier, je me suis rendue à Saint-Sauveur pour le Congrès stopSP, qui a accueilli plus de 200 chercheurs canadiens. Les participants provenaient de partout au Canada, et certains ont trouvé notre hiver plutôt froid.

Les conférenciers, de grands experts d'ici et d'ailleurs, ont donné des présentations scientifiques sur les sujets suivants : risques d’avoir la SP, myéline et réparation du système nerveux central, évolution de la SP, réadaptation et prise en charge des symptômes, système immunitaire/système nerveux central et traitements.

Ce congrès a lieu tous les trois ans dans notre pays, chaque fois dans une province différente, et est organisé par la Société canadienne de la sclérose en plaques, plus précisément par le Réseau de recherche et de formation stopSP. Ce réseau a été mis sur pied par la Société de la SP pour former de jeunes chercheurs, susciter leur intérêt pour la SP et permettre aux chercheurs d’échanger des informations sur leurs travaux de recherche sur la SP. Le but ultime : accélérer le rythme des découvertes. Le Réseau a déjà rempli une partie de son mandat, qui était d’attirer de nouveaux chercheurs au Canada.

Ce congrès a connu un grand succès, et en tant qu'observatrice, j'ai perçu une grande camaraderie entre les chercheurs et étudiants canadiens. Lors de son passage à Saint-Sauveur, M. André Lespérance, un bénévole très engagé de la Société de la SP, a fait la remarque suivante : « Je suis heureux de constater que les chercheurs dans le domaine de la SP partagent leurs connaissances. En effet, il faut qu’il y ait le plus possible de recherche pour mieux comprendre la SP, mais le travail d’équipe est tout aussi important pour que ça avance plus vite. »

Viens à la rencontre de chercheurs d’ici et d’ailleurs par l’entremise de mon blogueà sp-nadinedirect.blogspot.ca.

Plan du site
© Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) 2014