Tout sur la SP        

 

La gestion de la fatigue liée à la SP

Tout le monde a déjà ressenti de la fatigue à un moment ou à un autre. La fatigue « régulière » ou « normale » diffère toutefois grandement de la fatigue causée par la SP, à tel point qu'on ne peut pas vraiment comparer les deux.

La majorité des personnes atteintes de SP éprouvent de la fatigue à différents degrés. Il est important d’essayer de comprendre ce symptôme de SP, car il est souvent considéré comme celui qui dérange le plus au quotidien. Mais, le fait que la fatigue soit dans la catégorie des symptômes invisibles de la SP fait en sorte qu’il est difficile de bien saisir ce phénomène et de bien l’évaluer.

On croit que la fatigue est causée par de nombreux facteurs qui peuvent être directement liés à la maladie (les lésions du système nerveux) ou secondairement liés à la SP. Par exemple, la douleur, les troubles du sommeil (qui empêchent la personne d’emmagasiner de l’énergie pour le lendemain), la chaleur, les difficultés à marcher et certains médicaments peuvent causer ou augmenter la fatigue. Avoir une mauvaise nuit peut aussi augmenter la fatigue chez les personnes qui éprouvent déjà ce symptôme. Il est essentiel de réduire et de tenter de maîtriser ces facteurs le plus possible pour diminuer leur impact.


La fatigue associée à la SP est souvent décrite comme un manque d’énergie ou une sensation d’épuisement qui entraîne des difficultés à faire ou à maintenir un effort. Elle diminue la motivation à accomplir des choses et fait ressentir le besoin de se reposer, voire de dormir. Il devient alors difficile de faire les activités habituelles, des sorties amusantes et de l’activité physique. Pour résoudre ce problème, certaines personnes prolongent leur nuit de sommeil ou font une sieste en après-midi, ce qui leur enlève toutefois du temps pour faire autre chose.

Nous avons tous, peu importe notre âge et notre état de santé, notre propre réserve d’énergie, et lorsque nous la vidons, nous avons besoin de repos pour refaire cette réserve. En plus de devoir remplir leur réservoir d’énergie (grâce à un sommeil réparateur ou à des périodes de repos, par exemple), les personnes atteintes de SP doivent aussi apprendre à économiser leur énergie.

Si ton parent éprouve de la fatigue causée par la SP, il doit gérer son énergie de la même façon qu’il gère son budget : il peut dépenser uniquement l’énergie dont il dispose et, quand il n’en a plus, il est forcé de se reposer pour remplir son réservoir. Ce qui veut dire qu’une journée où il t’a promis d’aller jouer dehors avec toi, il devra peut-être faire une sieste pour faire le plein d’énergie.

La fatigue peut apparaître rapidement lors de l’accomplissement d’une tâche précise, mais elle peut aussi s’accumuler tout au long de la journée pour atteindre un pic dans l’après-midi. Parfois, elle se produit le lendemain de l’événement qui la cause, comme le lendemain d’une fête. Lorsque tu es fatigué après un effort, une bonne nuit suffit pour te remettre en forme. Mais bien souvent, ce n’est pas suffisant pour les personnes atteintes de SP. En effet, il arrive que ni le repos ni le sommeil ne leur permettent de retrouver toute leur énergie.

Lorsque la gestion de l’énergie ne suffit plus et que la fatigue devient trop forte, il faut absolument en parler à son neurologue. Il n’existe pas de remède contre la fatigue, mais il existe des moyens de mieux la prendre en charge (des médicaments, un programme d’exercice, une meilleure prise en charge de certains symptômes, etc.). La première chose à faire est de déterminer ce qui déclenche la fatigue pour pouvoir ensuite essayer d’adapter son rythme de vie en conséquence.

C’est en reconnaissant et en comprenant la fatigue que la personne atteinte de SP et tout son entourage peuvent s’adapter et ainsi mieux vivre au quotidien. Le soutien et la compréhension de la part de tous les membres de la famille sont très importants.

Niveau d’énergie
Voici des exemples qui te permettront de comparer ton niveau d’énergie et celui de ton parent qui a la SP selon les moments de la journée et les activités.


N’oublie pas que chaque cas est différent et que le niveau d’énergie varie d’une personne à l’autre. Cependant, rappelle-toi que la plupart du temps, une personne qui a la SP a moins d’énergie qu’une personne en bonne santé.

Plan du site
© Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) 2007