Tout sur la SP        

 

Syndrome clinique isolé – imagerie par résonance magnétique

Il faut au moins deux poussées (l’apparition de symptômes sur une période d’au moins 24 heures) pour qu’un médecin puisse poser un diagnostic de sclérose en plaques. Après un seul épisode de symptômes, on appelle cette poussée un syndrome clinique isolé (SCI). Les personnes qui reçoivent un diagnostic de SCI peuvent avoir ou non la SP ultérieurement.

L’imagerie par résonance magnétique est l’un des examens qui est utilisé pour diagnostiquer la SP. L’appareil permet de prendre des photos très précises en deux ou trois dimensions de l’intérieur du corps, plus particulièrement du cerveau en ce qui concerne la SP.

Les études ont démontré que, lorsque le SCI est accompagné de lésions visibles à l’IRM, qui sont semblables à celles que l’on observe dans le contexte de la SP, le risque d’avoir un second épisode de symptômes augmente. Lorsque le SCI n’est pas accompagné de lésions typiques de la SP, le risque d’être atteint de sclérose en plaques demeure relativement faible.

 


Plan du site
© Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) 2017