Tout sur la SP        

 

La sclérose en plaques, une maladie sans douleur?


Dans le passé, la douleur n’était pas reconnue par les professionnels de la santé comme un symptôme de SP. On essayait de lui trouver d’autres causes et on arrivait donc
moins bien à la traiter.


De nos jours, on comprend mieux les causes de ce symptôme très complexe associé à la SP. On a mis en place de nouvelles stratégies pour mieux l’évaluer et le traiter. Il y a de plus en plus de choix de médicaments et d’autres
types de traitements : l’acupuncture, les massages, l’exercice, etc. Ce sont de bonnes nouvelles car cela signifie que la majorité des douleurs associées à la SP peuvent être
prévenues, éliminées ou diminuées.


On sait maintenant que plus de cinquante pour cent des personnes ayant la SPéprouvent un certain type de douleur. Elle survient aussi bien dans la forme cyclique que dans les formes progressives.


Il faut garder en tête que, comme tous les symptômes de la SP, la douleur peut varier d’une journée à l’autre et d’un moment à l’autre. Elle peut être légère ou grave, de courte ou de longue durée, arriver sans raison ou être déclenchée par des facteurs extérieurs comme la chaleur ou le toucher.


Elle se présente sous différentes formes (mais les personnes qui ont des douleurs n’ont pas toutes ces douleurs en même
temps) : des crampes dans les jambes, de la raideur, des spasmes, une sensibilité à la chaleur ou au froid ou encore au toucher, des sensations de brûlure, des picotements, des douleurs ar t iculai res, des fourmillements, des chocs électriques ou des démangeaisons.


Certaines personnes ont des douleurs au visage qu’on appelle « névralgie » et le fait de se brosser les dents ou de mâcher de la gomme peut être difficile.

La douleur chez l’être humain est un mécanisme tout à fait normal et utile. Elle nous aide à guérir. Par exemple, si nous avons mal à un pied, nous essaierons de ne pas trop marcher dessus pour lui permettre de se rétablir.


Elle sert aussi à protéger notre corps et à nous avertir d’un danger. Lorsque nous touchons quelque chose de chaud ou de pointu, la douleur nous avertit qu’il y a un risque de blessure. Grâce à ce mécanisme, les jeunes enfants peuvent apprendre rapidement comment éviter les dangers potentiels.

Dans de nombreux cas, y compris dans la sclérose en plaques, la douleur n’a pas de fonction et n’est pas utile. Elle est simplement un symptôme de la maladie qu’il faut traiter pour aider la personne à mieux vivre.

Plan du site
© Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) 2007