Tout sur la SP        

 

Laroratoires de recherche

Le Québec compte plus de dix laboratoires de recherche qui se consacrent à la SP, et c’est à Montréal qu’on trouve la plus grande concentration de chercheurs en SP de l’Amérique du Nord. Montréal surpasse même l’Europe dans ce domaine! Un grand nombre de champs de recherche en SP sont à présent couverts. Voici de l’information sur les laboratoires, les chercheurs et ce sur quoi ils travaillent.


Le laboratoire du Dr Jack Antel (premier laboratoire de recherche en SP créé à Montréal)

 

- Étude des cellules souches.
- Étude de la myéline et de la réparation de celle-ci.
- Étude des nouveaux
traitements et de leurs interactions avec le système immunitaire et les cellules du système nerveux central (cerveau et moelle épinière).

 


Le laboratoire du Dr Samuel David

 

- Étude de certains mécanismes impliqués dans le développement de la SP chez la souris.
- Étude des mécanismes qui distinguent la forme cyclique de SP de la forme progressive de cette maladie chez les souris. Lorsqu’on comprendra les différences entre les deux chez l’animal, on pourra tenter de cerner les différences chez l’homme.
- Étude de concepts qui combinent la neurologie, l’immunologie, la génétique et la biologie moléculaire.



Le laboratoire de la Dre Christina Wolfson

 

- Étude des facteurs environnementaux et sociaux prédisposant à la SP (p. ex. une carence en vitamine D augmente-t-elle les risques d’avoir la SP?).
- Étude de l’impact de la SP sur la qualité de vie.
- Étude du rôle d’un virus dans le développement de la SP.

 


Le laboratoire du Dr Pierre Talbot

 


- Étude et identification de virus impliqués dans le développement de la SP.
- Étude du coronavirus, soit un virus bénin et très répandu, responsable du tiers des
rhumes. Ce virus pourrait jouer un rôle dans le déclenchement de certaines maladies neurologiques.



Le laboratoire du Dr Douglas Arnold

 

- Utilisation de l’imagerie par résonance magnétique (IRM) pour étudier ce qui se passe lors de l’apparition de la SP.
- Étude des mécanismes de formation des lésions sur la
myéline et de réparation de la myéline chez l’humain.
- Étude de techniques innovatrices de radiologie (grâce à des appareils vraiment sophistiqués).



Clinique de SP du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM)

- Cette clinique fait de la recherche et offre un suivi médical. Plus de 2 000 personnes qui ont la SP peuvent profiter de ses services grâce à cinq neurologues et à une infirmière qui travaille à temps plein.
- Plus de sept protocoles de recherche sont en cours sur des traitements, dont certains sont administrés par la bouche.

- L’équipe de cette clinique a contribué de façon importante à des études épidémiologiques pancanadiennes.
- Elle mène actuellement de nouveaux travaux de recherche sur les formes précoces de la SP, tentant de déterminer les facteurs qui influent sur le pronostic.
- Elle collabore avec d’autres grandes cliniques du Québec.


Le laboratoire du Dr Alexandre Prat

 

- Le Dr Prat dirige une équipe de onze personnes.
- Son laboratoire est spécialisé en neuro-immunologie (interactions entre le système immunitaire et le système nerveux).
- Son équipe étudie les mécanismes responsables de la formation des lésions chez les personnes atteintes de SP.
- Elle tente de trouver des cibles thérapeutiques en SP chez l’humain.

- Elle collabore avec plusieurs autres laboratoires dont certains sont à l’extérieur de la province et même du pays (Québec, Ottawa, Toronto, Calgary, Amsterdam).



Le laboratoire de la Dre Nathalie Arbour

 

- Ce laboratoire travaille en collaboration avec l’équipe du Dr Prat.
- L’équipe qui y travaille étudie les dérèglements du système immunitaire dans le contexte de la SP et les processus de démyélinisation (formation des lésions).
- Elle étudie aussi des molécules du système immunitaire qui affectent la survie des cellules qui produisent la myéline (oligodendrocytes).




 

Plan du site
© Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) 2014