Tout sur la SP        

 

 

La recherche au Canada

Les résultats d’une étude canadienne portant sur les bienfaits de la vitamine D en sclérose en plaques sont attendus par les spécialistes du monde entier. Les personnes qui ont la SP ont, pour la grande majorité, des carences en vitamine D dans leur organisme. Nous n’avons jamais tenté de savoir si un supplément de cette vitamine pourrait jouer un rôle dans l’évolution de la sclérose en plaques.

Le Dr Paul O’Connor (principal conseiller médical de la Société canadienne de la SP) a mené une étude à Toronto où il a administré de fortes doses de vitamine D à des personnes ayant la SP. À ce jour, les résultats nous laissent croire que ce traitement serait sans danger et qu’il aurait un effet sur l’évolution de la maladie. Il faut poursuivre l’étude avec plus de participants pour valider ces données. Ces travaux serviront de base pour établir si la vitamine D peut devenir un traitement pour la SP. Ce qui semble encore mieux, c’est qu’elle pourrait être utilisée avec d’autres traitements, laissant espérer encore plus d’efficacité.

Une autre recherche prometteuse s’est déroulée à Calgary sur la Minocycline. Ce médicament est déjà bien connu pour son usage contre l’acné. La Dre Luanne Metz a testé la Minocycline en combinaison avec l’acétate de glatiramère (Copaxone). Les deux médicaments se sont révélés plus efficaces que l’acétate de glatiramère pris seul. Étant donné que cette expérience regroupait seulement une quarantaine de personnes, la Dre Metz désire continuer la recherche sur un plus grand nombre de participants. Les avantages de la Minocycline sont que c’est un médicament bien connu, sécuritaire et non dispendieux. Si son efficacité est prouvée, on croit qu’elle pourrait être prescrite rapidement aux Canadiens atteints de SP cyclique ou du syndrome clinique isolé (SCI).

Une nouvelle qui a fait grand bruit est la récente théorie du Dr Paolo Zamboni, portant sur l’IVCC (insuffisance veineuse céphalorachidienne chronique) et son rôle dans la SP. Mentionnons d’abord que la Société canadienne de la SP a été la première dans le monde entier à agir à la suite de cette nouvelle. Quelques jours après la publication de l’article scientifique du Dr Zamboni, elle a annoncé qu’elle attribuerait des subventions pour les chercheurs désirant étudier l’IVCC. C’est la première fois en plus de 60 ans d’existence que la Société ouvre un fond dédié à un domaine de recherche en particulier. Le Dr Zamboni a expliqué à plusieurs reprises l’importance de poursuivre ses travaux pour obtenir des réponses aux questions laissées en suspend. Ces études sont déjà en cours au Canada.

 

 

Plan du site
© Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) 2010