Tout sur la SP        

 

Dernières nouvelles

La dernière année a été riche en nouveautés dans le domaine de la recherche en sclérose en plaques. On n’a qu’à penser aux trois nouveaux médicaments pour les personnes atteintes de SP qui sont actuellement évalués par Santé Canada. Plusieurs recherches sont aussi en cours pour vérifier l’efficacité de nouveaux médicaments en comprimés, sans oublier la théorie du Dr Zamboni qui a été présentée en novembre dernier et qui a fait couler beaucoup d’encre dans les médias du monde entier!

Tu sais déjà qu’il y a beaucoup de travail et de longues périodes d’essai avant qu’un médicament ne soit approuvé et disponible. Par exemple, il a fallu près de 20 ans d’études et de tests avant que le premier médicament pour la sclérose en plaques (Betaseron) ne soit offert.

À l’heure actuelle, trois médicaments pour la SP sont évalués par Santé Canada. Si ces traitements sont homologués (approuvés par Santé Canada), ils pourront être prescrits par les neurologues aux personnes atteintes de SP qui répondront aux critères. Il s’agit de la Cladribine, du Fingolimod et de l’Ampyra.

La Cladribine et le Fingolimod sont deux traitements oraux (pilules) qui peuvent ralentir l’évolution de la maladie. Une étude a démontré que les deux traitements avaient réduit de plus de 50 % le nombre de poussées des gens qui le prenaient en comparaison avec ceux n’ayant pas reçu le traitement. À ce jour, les deux médicaments ne se sont révélés efficaces que pour la forme cyclique (poussées-rémissions) de la SP. Par contre, en ce moment, le Fingolimod est testé pour la forme progressive primaire. Si les résultats sont concluants, ce pourrait être le premier médicament efficace pour cette forme.

Comme pour tout médicament, des effets secondaires ont été observés. C’est en discutant avec son neurologue qu’une personne atteinte de SP saura si ces effets secondaires sont dangereux pour elle. L’avantage d’avoir un médicament en comprimés est de ne plus avoir à se faire d’injections un peu partout sur le corps. Pour plusieurs, les piqûres sont désagréables et elles laissent parfois de petites traces sur la peau.

Le troisième médicament est pour traiter un symptôme de la SP : les difficultés à la marche. En effet, l’Ampyra accélère la conduction nerveuse dans les jambes, ce qui permet à certaines personnes qui le prennent d’améliorer leur vitesse de marche. Ce médicament est déjà approuvé aux États-Unis, ce qui nous laisse croire qu’il sera bientôt disponible ici au Canada.

 

Plan du site
© Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) 2010