Mieux vivre avec la SP       

 

Adaptation en emploi

Il existe des mesures pour aider les personnes qui ont des problèmes de santé à garder leur emploi. Certaines personnes qui ont la SP continuent à travailler sans trop de difficultés. Mais lorsque la SP affecte le rendement au travail, un employé peut demander qu’on fasse des changements pour l’aider.

Les employeurs canadiens doivent respecter une loi qui porte sur l’obligation d’adaptation. Ils doivent trouver des solutions pour aider leurs employés à bien faire leur travail lorsque cela est possible. Il y a plusieurs types de mesure d’adaptation.

Modification de l’horaire de travail
- Obtenir des heures de travail souples (arriver au travail plus tard, travailler sur l’heure du midi pour finir plus tôt, etc.).
- Travailler plus d’heures chaque jour afin d’avoir une journée de congé supplémentaire chaque semaine.
- Ne pas travailler de soir ni de nuit.
- Travailler quelques heures la fin de semaine lorsqu’on n’a pas fait assez de travail durant la semaine.
- Faire du télétravail (travailler à la maison).
- Obtenir des absences autorisées pour aller à ses rendez-vous médicaux.

Modification des tâches du poste
- Modifier les tâches de l’employé. Exemple : ne plus avoir à faire des photocopies parce que cette tâche se fait en position debout.
- Échanger des tâches avec un collègue.
- Partager ses tâches avec un collègue de façon temporaire lors d’une poussée.
Réaménagement du poste de travail/des installations physiques/de l’accès au bâtiment
- Déplacer un poste de travail plus près d’une salle de bain.
- Installer une rampe ou des mains courantes.
- Pour les personnes en fauteuil roulant : augmenter la hauteur d’un bureau, élargir le cadre d’une porte, aménager les toilettes, avoir accès à un espace de stationnement réservé près de la porte.

Transfert à un autre poste dans l’organisation ou l’entreprise et offrir une formation, au besoin.

Prenons l’exemple d’une personne qui a la SP, qui a beaucoup de faiblesses dans les jambes et qui se sent fatiguée parfois au travail. L’employeur pourrait lui permettre de travailler de la maison à l’occasion pour ne pas avoir à se déplacer. Il pourrait lui permettre de faire une sieste sur un matelas dans son bureau sur l’heure du dîner. Son bureau pourrait être plus près de la salle de bain et de l’ascenseur, ce qui ferait en sorte qu’elle marcherait moins. Elle pourrait demander d’avoir un horaire variable selon son niveau de fatigue, pour pouvoir dormir un peu plus le matin.

Bien des choses peuvent être faites pour augmenter la productivité, permettre de conserver son emploi et favoriser le bien-être au travail.

 

Plan du site
© Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) 2015