Mieux vivre avec la SP       

 

L’importance du sommeil

 

On passe environ un tiers de notre vie à dormir. On pourrait croire qu’il ne se passe pas grand-chose dans notre corps lorsqu’on est endormi. Pourtant, le sommeil est primordial. Il est essentiel de bien dormir pour être en santé, se remettre de la fatigue de la journée et faire le plein d’énergie pour la journée suivante. Bref, le corps a besoin de se reposer pour bien fonctionner physiquement et intellectuellement.

Que se passe-t-il concrètement lorsqu’on dort? C’est pendant le sommeil que l’hormone de croissance intervient (ce qui permet de grandir) et que la réparation des tissus (cicatrisation) se produit. C’est aussi en dormant qu’on fabrique les anticorps qui nous permettent de combattre les virus.

Les besoins en sommeil varient considérablement d’une personne à l’autre. Certains ont besoin de deux à trois heures de sommeil de plus que d’autres! C’est à chacun de trouver son rythme et de le respecter. Si on se lève frais et dispos avec la sensation d’avoir passé une bonne nuit, il est probable que les heures de sommeil soient suffisantes, peu importe leur nombre.

Durée moyenne de la nuit de sommeil
Un bébé : de 16 à 19 heures.
Un enfant de 2 à 4 ans : 13 heures (incluant une sieste de 2 heures).
Un enfant de 6 à 12 ans : 11 heures.
Un adolescent et un jeune adulte : 8 heures.
Une personne âgée : 7 heures.


Quel impact le manque de sommeil peut-il avoir sur ta vie?

Il peut notamment influer sur ton humeur, diminuer ton niveau d’énergie et nuire à ta réussite scolaire. Ne pas bien dormir ou écourter une nuit de temps à autre (comme dans le temps des fêtes) n’est pas si grave, car tu pourras récupérer en dormant mieux la ou les nuits suivantes. Cependant, si cela se reproduit souvent, il faut trouver des solutions. Pour bien réussir à l’école, tu dois te concentrer, être attentif. Un manque de sommeil peut causer de la fatigue qui t’empêchera de te concentrer comme il faut. Le repos permet à ton cerveau de classer ce que tu as appris pendant la journée et de graver dans ta mémoire ce que tu as lu et entendu.

Chez les personnes qui ont la SP, les troubles du sommeil peuvent avoir des répercussions sur plusieurs autres symptômes et altérer la qualité de vie. À titre d’exemple, le manque de sommeil peut occasionner des difficultés de concentration et des sautes d’humeur, en plus d’aggraver les troubles de l’équilibre et de la mobilité. Avoir une mauvaise nuit peut aussi augmenter la fatigue, surtout chez les personnes qui éprouvent déjà ce symptôme. De plus, lorsqu’on n’est pas suffisamment reposé, on tolère moins bien que d’habitude certains symptômes comme la douleur.

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine des troubles du sommeil, notamment la douleur, les spasmes et les envies de se rendre aux toilettes à répétition durant la nuit. Certains médicaments peuvent aussi avoir des effets secondaires qui nuisent au sommeil. Il est important d’aborder ce sujet avec son médecin pour y voir plus clair. Ce dernier peut proposer des stratégies pour soulager les symptômes et favoriser un bon sommeil.

Trucs pour bien dormir convenant à tous

Répéter les mêmes gestes avant d’aller au lit.
Certains aiment lire ou écouter de la musique apaisante. D'autres préfèrent méditer, faire des exercices de relaxation ou même compter les moutons. On peut aussi s’imaginer en train de dormir. L’important est d’en faire une habitude pour créer un rituel avant le coucher. Le but est d’apprendre à notre corps que c’est le moment de s’endormir : c’est un temps de préparation au sommeil. Il est aussi préférable de ne pas écouter la télé à l’endroit où l’on dort. En effet, la chambre à coucher doit le plus possible servir uniquement à dormir.

Être le plus constant possible pour les heures de coucher et de réveil. Se lever aux mêmes heures tous les jours, même la fin de semaine, favorisera un bon rythme d’éveil et de sommeil.

Faire attention à notre estomac. Il ne faut pas aller au lit avec l’estomac vide et ne pas prendre un repas lourd près de l’heure du coucher. Si l’on a faim, on choisit une collation légère, riche en glucides (riz, pain, pâtes). Les produits laitiers sont aussi conseillés. Il faut éviter de trop boire en soirée, surtout si l’on a tendance à fréquenter la salle de bain souvent pendant la nuit.

Faire de l’exercice.
La pratique régulière d’exercices facilite l’endormissement et le sommeil profond. Il est toutefois préférable de s’entraîner l’après-midi ou de faire en sorte qu’il y ait au moins de deux à trois heures entre l’activité et le moment d’aller au lit. Il faut aussi faire attention aux jeux vidéo et aux activités sur l’ordinateur ou à toute autre pratique qui nous stimule.

Éviter les stimulants.
On doit éviter la caféine avant d’aller au lit (café, thé, chocolat, colas et boissons énergétiques), car celle-ci demeure dans notre organisme de trois à cinq heures en moyenne. Certaines personnes en ressentent même les effets pendant douze heures! Même si la caféine n’empêche pas toujours de dormir, elle dérègle les cycles du sommeil et réduit la qualité du sommeil profond.

Dans notre société moderne, on trouve souvent qu’on manque de temps, que les journées sont trop courtes pour nous permettre de faire tout ce qu’on veut, que ce soit pour le travail, les tâches ménagères, l’école ou les loisirs. Certaines personnes ont tendance à vouloir gagner du temps en dormant moins. C’est une très mauvaise idée, parce que si on dort moins, on a moins d’énergie pour faire les activités de la journée. Penser que dormir est une perte de temps est une erreur, car on doit miser sur sa santé.

Plan du site
© Société canadienne de la sclérose en plaques (Division du Québec) 2013